Les outils spécifiques du
revolver modèle 1873
(nécessaire d'arme modèle 1874,
mouchoir d'instruction n° 1 Bis,
filière, système Roussange, ...)


Un peu plus sur le revolver d'ordonnance modèle 1873:


Articles sur le 1873 et les revolvers d'ordonnance Français:








Accessoires et outils créés pour le revolver d'infanterie modèle 1873

outillage 1873Il est intéressant de connaître certains outils spécifiques au revolver modèle 1873, mais aussi témoins d'une époque où ce revolver était fabriqué, entretenu et réparé entièrement à la main dans les ateliers de la Manufacture d'armes de Saint Etienne, et utilisé par des soldats ayant peu d'éducation militaire, et un besoin d'entretien rapide sur le terrain.

Certains accessoires ont aussi été créés pour une utilisation autre que militaire, par des entreprises privées (ex: le système roussange).


Nécessaire d'arme modèle 1874

On retrouve pour le revolver modèle 1873 un tournevis bien spécifique. Il s'agit du nécessaire d'arme modèle 1874.
Il sert de tournevis, mais aussi de burette d'huile (huilier).
Il est en général matriculé, et utilisé en campagne.
Ce nécessaire d'arme mle 1874, ainsi que ses différentes variantes (antérieures et postérieures), sert indifféremment pour les revolvers modèles 1873, 1874, 1892, et les fusils Chassepot (1866), Gras (1874) Lebel (1886) et Berthier (1892).

Nécessaire d'arme modèle 1874: tournevis pour revolver 1873

tournevis revolver 1873

Nécessaire d'arme modèle 1874: tournevis pour revolver 1873, burette d'huile et curette spatule

Nécessaire d'arme modèle 1874 complet: tournevis pour revolver 1873

Nécessaire d'arme modèle 1874: matricule

tournevis revolver 1873

tournevis revolver 1873

nécessaire d'arme modèle 1874

Crédits photos: Manuel du gradé d'infanterie (1er septembre 1935). Collection de l'auteur.

"Le nécessaire d'arme d'armes modèle 1874 sert de tournevis. Il comprend la boîte-nécessaire, son couvercle à huilier fermé par une vis bouchon avec rondelle.
La boîte contient réunies dans une trousse en drap:
- une lame de tournevis avec un biseau à chaque extremité (sur un certain nombre de spécimens, l'un des biseaux a une largeur réduite adaptée aux dimensions des vis des revolvers du commerce et de spistolets automatiques);
- une curette-spatule métallique, qui est utilisée à défaut de curette en bois.
"


Il est aussi spécifié au Journal Militaire Officiel n°97 de l'année 1884 que:
"Art.83. Les nécessaires d'armes reçoivent le numéro matricule de l'arme à feu à laquelle ils sont respectivement affectés.
Lorsqu'un nécessaire d'armes est destiné à l'entretien de deux armes à feu d'espèces différentes, par exemple à une carabine et à un revolver, il prend le numéro de l'arme la plus longue, c'est-àdire de la carabine.
"


On peux également utiliser l'embout de l'axe de barillet pour démonter les vis du revolver 1873. Il a été prévu pour ça, pour un démontage facile sur le terrain.


Axe de barillet servant de tournevis sur le revolver 1873


En plus de ce tournevis, le nécessaire d'arme doit contenir, selon l'Instruction sur l'entretien du revolver Modèle 1873, par la direction des forêts (Avril 1894):

"Un nécessaire d'armes complet (composé de: une boîte servant de manche de tournevis; un huilier; une lame de tournevis; une spatule-curette; une trousse en drap; un lavoir en laiton);
Une boîte en fer-blanc (renfermant: de la graisse d'arme; une pièce grasse en drap; une brosse longue à graisse);
Quelques morceaux de vieux linge;
Des curettes en bois tendre;
Une baguette en bois pour le nettoyage de l'intérieur du canon (elle doit avoir 8 à 9 millimètres de diamètre et 20 à 25 centimètres de longueur; l'une des extrémités est, sur une longueur de 3 à 4 centimètres, munie d'encoches pour maintenir le chiffon);
En place de chiffon de toile, on peut aussi, pour le lavage et l'essuyage du canon, se servir d'étoupes, pourvu qu'elles soient propres et qu'elles ne contiennent pas de poussières.
"


Exposé complet sur les nécessaires d'armes et tournevis de l'armée française: Forum TCAR et forum lagrandeguerre.cultureforum.net.


Ce nécessaire d'arme, dont la durée d'existence sera de plus d'un siècle, (encore utilisé avec le pistolet automatique mle 1935), fut inventé par l'armurier parisien Manceaux et breveté en 1821.

Nécessaire d'arme modèle 1874 dont la lame est marquée du nom du fabricant Manceaux:


Nécessaire d'arme modèle 1874 marqué Manceaux sur la lame tournevis

Détail du marquage Manceaux sur la lame tournevis

Crédit photos: Forum oldguns-blackpowder.

Le fourbisseur Jules Manceaux est plus connu pour ses fabrications de sabres d'officiers et armes à feux que pour ses nécessaires d'armes modèle 1874.


Le mouchoir d'instruction militaire numéro 1 bis: Démontage et remontage du Revolver modèle 1873

Mouchoir d'instruction militaire numéro 1 sur le revolver 1873En 1872, suite à la mise en place de la conscription générale pour tout les citoyens français (masculins), après l'échec de la guerre de 1870, Il est important qu'ils puissent garder la formation qu'ils ont reçus. En effet, la formation se fait souvent à l'oral, et peu de traces restent.

Une circulaire du ministère de la guerre officialise le 29 Novembre 1880 le mouchoir d'instruction.

Ces mouchoirs sont en général détenus par le caporal, chef de chambrée ou chef d’escouade.

Il existe 10 modèles de mouchoirs d'instruction (13, en fait), produits à plus de 10 000 exemplaires.


Les thèmes sont:

  • 1) mouchoir d'instruction n°1: Démontage remontage du fusil Chassepot modèle 1866.
  • 2) mouchoir d'instruction n°1 bis: Démontage remontage du revolver modèle 1873.
  • 3) mouchoir d'instruction n°2: Démontage remontage du fusil 1874 (Gras).
  • 4) mouchoir d'instruction n°3: Cavalerie instruction sur le cheval.
  • 5) mouchoir d'instruction n°4: Démontage remontage de la carabine de Cavalerie 1890.
  • 6) mouchoir d'instruction n°4 bis: Instruction pour le paquetage.
  • 7) mouchoir d'instruction n°5: Artillerie de Campagne.
  • 8) mouchoir d'instruction n°6: Aide mémoire du réserviste.
  • 9) mouchoir d'instruction n°7: Secours aux blessés, hygiène.
  • 10) mouchoir d'instruction n°8: Placement des effets.
  • 11) mouchoir d'instruction n°9: Fusil 1886 (Lebel).
  • 12) mouchoir d'instruction n°9 bis: Fusil 1886 modifié 1893 (Lebel).
  • 13) mouchoir d'instruction n°10: Pont militaires – Passage des rivières.

Voir sur ce forum, pour en voir plus


Ici, c'est bien évidemment le mouchoir d'instruction numéro 1 "Démontage & remontage du revolver modèle 1873" qui nous intéresse.


Edité à partir de 1880, le "Mouchoir d'instruction militaire N°1 bis: Démontage remontage du revolver modèle 1873" est un carré d'environ 70cm par 70cm (69 par 75 et 70 par 75,5 (H x L) pour les exemplaires de la collection de l'auteur), créé par Alfred Buquet (graveur, Rouen) et Ernest Renault (Imprimeur, Darnétal).
Il présente, au centre, des explications sur le démontage et le remontage du revolver 1873, ainsi qu'un éclaté de l'arme. Autour, un liseret rouge, bordé de 20 images avec texte (par le commandant P. Perrinon (Rouen), dépositaire du brevet du mouchoir d'instruction, dès 1875), présentant des situations militaires.

Mouchoir d'instruction numéro 1 et revolver 1873

Mouchoir d'instruction numéro 1 sur le revolver 1873

partie centrale du mouchoir d'instruction numéro 1 sur le revolver 1873

coin en bas à gauche du mouchoir d'instruction numéro 1 sur le revolver 1873

détail du mouchoir d'instruction numéro 1 sur le revolver 1873: signature Commandant Perrinon

Dernière case de texte, sur le mouchoir d'instructon n°1 bis: Démontage remontage du revolver 1873, signée par le Commandant Perrinon, avec un texte très patriotique et religieux.


détail du mouchoir d'instruction numéro 1 sur le revolver 1873: signature Buquet

Case avec un dessin portant la signature d'Alfred Buquet: A.Buquet, des et grav, pour Alfred Buquet, dessinateur et graveur.


détail d'un coin du mouchoir d'instruction numéro 1 sur le revolver 1873


Enfin, quelques mouchoirs d'instructions dont les emplacements normalement en rouge sont de couleur ocre, ont étés vus.

Mouchoir d'instruction sur le revolver mle 1873 de couleur ocre

Crédit photos: Forum PassionMilitaria.

L'information aurait été confirmée par le descendant d'Alfred Buquet (graveur): L'imprimeur Ernest Renault de Darnétal aurait produit quelques mouchoirs d'instruction en ocre. Voir le lien sur le crédit photo çi-dessus.


Marquages régimentaires et matricules sur les mouchoirs d'instructions

Ces mouchoirs d'instructions sont matriculés et souvent régimentés.
Ces indications sont mises en place, soit à l'aide de tampons à l'encre noire, avec un tampon de réception (date), en plus du régiment, du matricule et du numéro de matricule, soit les informations sont brodées en gros fil rouge: matricule, numéro de matricule, et souvent le régiment.
Exemple des 2 types de marquages rencontrés sur les mouchoirs d'instructions militaires (ici, 2 mouchoirsd'instruction n°1 bis: Démontage remontage du revolver 1873) :

mouchoirs d'instruction numéro 1 bis matriculés: tampon et broderie


Les 2 mouchoirs d'instruction çi-dessus, qui appartiennent à l'auteur, possèdent les 2 types de marquage.
Le premier, tamponné, à été réceptionnés en Novembre 1904, par le 56e Régiment d'Infanterie de Ligne (marquage "56-deL"), matricule A11 et numéro de matricule 6667 :

matricule, reception et régiment de ce mouchoir d'instruction


Le second, qui possède un matricule brodé, à été réceptionné par la 2e compagnie d'ouvrier d'artillerie: marquage "O dArt 2C" (cantonnée à Toulouse, elle n'est pas enrégimentée puisque c'est une compagnie autonome formant corps. Les compagnies d'ouvriers d'artillerie et d'artificiers cessent d'exister sous cette forme en 1910 pour être justement enrégimentées dans les nouveaux régiments d'artillerie à pied ou sous la forme de sections dans les régiments d'artillerie de campagne ou d'artillerie lourde), numéro de matricule 717:

Mouchoir d'instruction pour le revolver mle 1873, matricule brodé


En voici un autre, matriculé 97, numéro de matricule 453S, brodé:

Mouchoir d'instruction pour le revolver mle 1873

Mouchoir d'instruction pour le revolver mle 1873, détail du centre et matricules brodés

Mouchoir d'instruction pour le revolver mle 1873, matricule brodé

Mouchoir d'instruction pour le revolver mle 1873, numéro de matricule brodé


Exemple de mouchoir d'instruction avec Matricule 7 DE et numéro de matricule 1345 brodé (mouchoir d'instruction n°3: Cavalerie instruction sur le cheval):

Matricule brodé sur un mouchoir d'instruction


Exemple de mouchoir d'instruction régimenté du 136 de ligne, matriculé B11 et 4284 (mouchoir d'instruction n°7: Secours aux blessés, hygiène):

Matricule tamponné sur un mouchoir d'instruction


Autre exemple de mouchoir d'instruction régimenté du 6e d'Infanterie Coloniale, matriculé BB7346 et 1187 (mouchoir d'instruction n°9: Fusil 1886 (Lebel)):

Matricule tamponné sur un mouchoir d'instruction


Réédition moderne de ce mouchoir d'instruction sur le revolver modèle 1873, par le musée des impressions de Mulhouse


Enfin, il faut faire attention, car une série de mouchoirs d'instructions à été réédité dans les années 1980 par le musée des impressions de Mulhouse. Ces mouchoirs sont reconnaissables aux points suivants:

  • marquage "musée des impressions à Mulhouse" dans le coin supérieur droit
  • marge rouge sur le côté du mouchoir plus importante que sur les originaux
  • couture sur les bords
  • pas de marquages régimentaires ou matricules
  • tissu un peu plus épais

copie d'un mouchoir d'instruction sur le revolver modèle 1873, éditée par le musée des impressions de Mulhouse

réédition d'un mouchoir d'instruction sur le revolver modèle 1873, éditée par le musée des impressions de Mulhouse

détail d'un coin du mouchoir d'instruction numéro 1 sur le revolver 1873

détail du mouchoir d'instruction numéro 1 sur le revolver 1873


Marquage du musée des impressions de Mulhouse, dans le coin supérieur droit (dans la partie rouge):

Marquage du musée des impressions de Mulhouse, dans le coin supérieur droit (dans la partie rouge)


La Filière pour le revolver modèle 1873

La filière servait à vérifier l'ensemble de la visserie du revolver modèle 1873.

Marquages: "Filière pour toutes les vis Revolver Modèle 1873 Saint Etienne 1882"

filière pour mesurer les vis du revolver 1873

filière pour mesurer les vis du revolver 1873

filière pour mesurer les vis du revolver 1873

filière pour mesurer les vis du revolver 1873

filière pour mesurer les vis du revolver 1873

filière pour mesurer les vis du revolver 1873


Une autre:

Marquages: "Filière pour toutes les vis de l'arme Revolver Modèle 1873 30.08.1928"

filière pour mesurer les vis du revolver 1873

filière pour mesurer les vis du revolver 1873


Une filière, avec les tarauds d'époque

Marquages: "Filière pour toutes les vis Revolver Modèle 1873 Saint Etienne 1908"

filière pour mesurer les vis du revolver 1873

filière pour mesurer les vis du revolver 1873


Une dernière, avec un marquage (police d'écriture) un peu différent

Marquage: "Filière pour toutes les vis de l'arme Revolver Modèle 1873"

filière pour mesurer les vis du revolver 1873


La filière du revolver modèle 1873 est utilisée dans les ateliers de réparation:

Filière pour revolver mle 1873, Aide-mémoire à l'usage des officiers d'artillerie. Chapitre 17

Filière pour revolver mle 1873, Aide-mémoire à l'usage des officiers d'artillerie. Chapitre 17

Filière pour revolver mle 1873, Aide-mémoire à l'usage des officiers d'artillerie. Chapitre 17

Filière pour revolver mle 1873, Aide-mémoire à l'usage des officiers d'artillerie. Chapitre 17

Source: Aide-mémoire à l'usage des offciers d'artillerie. Chapitre 17, Décembre 1879.


Fausse cartouche (ou cartouche-maxima) et vérificateur de la chambre, pour le revolver modèle 1873

Au niveau des instruments vérificateurs, cités dans le chapitre 17 de l'aide-mémoire à l'usage des offciers d'artillerie de Décembre 1879 (document çi-dessus), on nous parle d'outils pour l'atelier d'ajusteur-rhabilleur de système, et notamment de "fausse cartouche", faisant partie d'une collection d'instruments vérificateurs du revolver permetant de vérifier les chambres des barillets des revolvers modèles 1873 et 1874.
Cette fausse cartouche, ou "cartouche-maxima" est en fait une fausse cartouche à taille réelle (douille et ogive).

outil vérification calibre pour revolver mle 1873, Aide-mémoire à l'usage des officiers d'artillerie. Chapitre 17

Source: Aide-mémoire à l'usage des offciers d'artillerie. Chapitre 17, Décembre 1879.


Coffret faisant partie d'une collection d'instruments vérificateurs du revolver modèle 1873


Ces instruments de vérification sont conditionnées dans une boîte en chêne, faite pour contenir la cartouche-maxima, un autre vérificateur (très probablement le vérificateur de la chambre, ici présent) et très probablement le cylindre vérificateur de 11 millimètres, ici absent (ce qui en fait un outil de vérification destiné à une caisse d'armement de Cuirassiers).

Crédit Photos: GD


La boîte possède une étiquette, marquée:
N° de classification sommaire détaillée 1194
Collection d' instruments de vérification de réception pour revolver Mle 1873.
Inspection d ' armes.

A l'intérieur du couvercle, on retrouve le numéro 50.

Crédit Photo: GD


Cartouche-maxima (ou fausse cartouche)

Marquages de la cartouche-maxima:
TYPE
Revolver Mle 1873.
Cartouche
maxima

Crédit Photos: GD


Cylindre vérificateur de la chambre

Marquages du cylindre vérificateur de la chambre:
TYPE
Revolver
Mle 1873
Feuillure
max 1,6

Crédit Photos: GD


Le système de tir réduit Roussange (tubes Roussange), pour le revolver modèle 1873

Le système de tir réduit Roussange est un nécessaire pour faire du tir avec une cartouche réduite, pour le revolver modèle 1873.
Il se présente dans une boîte en bois, distribuée par la maison Gunther et Cie, avec le mode d'emploi sur une étiquette, sur le dessus de la boîte.

Système Roussange, boitier complet fermé

Système Roussange, boitier complet ouvert

Crédit photos: Jean-Pierre Bastié


Le "kit" comprend un cran de mire additionnel (pour corriger la visée), glissé à frottement doux sur la bande supérieure de la cage du barillet, 6 tubes réducteurs dans lesquels on place une cartouche (poudre noire, ogive bille de plomb et étui métallique) type Karcher en calibre 5 millimètres, un baguette en fer coudée (faisant office d'extracteur).
Roussange assure une précision parfaite à 5 mètres.

Système Roussange, boitier complet

Système Roussange, cran de mire additionnel

Système Roussange, cran de mire additionnel

Crédit photos: Jean-Pierre Bastié


Le 1er brevet est déposé par le Capitaine de gendarmerie, commandant l'arrondissement de Châteauroux, Paul Roussange le 1er mai 1875. Il concerne "un système de douille-tube" pour s'exercer au tir avec des armes militaires. Il y aura ensuite des améliorations du brevet.

"Brevet de quinze ans. 29 Décembre 1881; Roussange, représenté par Desnos, à Paris, Boulevard de Magenta, n°11. - Tube Roussange perfectionné pour armes à feu portatives employées dans les écoles de tir.", extrait du "Bulletin des lois de la République Française" XIIe série, premier semestre de 1883, tome vingt-sixième.


On trouve, dans le même bulletin, le dépôt de brevet concurrent suivant (antérieur)"Brevet de quinze ans, 26 Décembre 1881; Gaupillat, représenté par Barrault, à Paris, Boulevard Saint-Martin, n°17. - Nouveau système de tube pour tir réduit de précision dit tube Gaupillat".


Description du Colonel Roussange dans L'echo de la Gendarmerie Nationnale du 26 au 31 Mars 1895:

Biographie du colonel Roussange, dans l'echo de la Gendarmerie Nationnale (1895)Biographie du colonel Roussange, dans l'echo de la Gendarmerie Nationnale (1895)

Crédits: Gallica.bnf.fr.


kit de tir réduit H&C

La société H&C commercialise un "Kit de tir réduit pour Chamelot-Delvigne M.A.S ", assez semblable à ce système de tir réduit Roussange. Il s'agit ici de transformer un revolver modèle 1873 en revolver à plomb.

kit de tir réduit H&C